Assise méditation

Tout savoir sur la méditation avec les sons

Assise méditation

Les bienfaits de la méditation sont aujourd’hui largement reconnus : diminution du stress, meilleure gestion des émotions, meilleur sommeil, meilleure concentration, diminution des mécanismes inflammatoires et amplification des processus d’auto-guérison physiques et psychiques, diminution des douleurs, plus de créativité, plus de présence à soi et à son environnement, moins de pensées automatiques, esprit plus clair, meilleure qualité de vie, etc

Depuis longtemps et dans toutes les traditions (tradition = ce qui se transmet !), le son a été et est encore un support primordial pour cultiver l’état de méditation, et ainsi transcender le mental : notamment à travers les prières, les récitations de mantras et les chants sacrés.

Cela dit, le terme « méditation » recouvre des réalités très différentes, depuis la réflexion intense sur une question jusqu’au silence absolu du mental dans un endroit reculé du monde, en passant par la conscience des ressentis corporels.

Afin de clarifier le sens du mot « méditation », partons de son origine à savoir le mot "Dhyana", qui est décrit dans le Yoga Sûtra de Patanjali, un des textes de référence du Yoga depuis environ deux mille ans.

La définition traditionnelle de l'état de méditation est un mental concentré et paisible

D’après le Yoga Sûtra, les pratiques corporelles (asanas) et respiratoires (pranayama) amènent progressivement à :

  1. L’intériorisation (Pratyahara), c’est-à-dire un retournement de l’attention vers l’intérieur de soi
  2. La concentration (Dharana) sur un objet, qui demande un certain effort pour être maintenue
  3. La méditation (Dhyana), dans laquelle l’attention est maintenue sans effort sur l’objet de la concentration
  4. L’absorption (Samadhi) du mental dans l’objet de la concentration, ce qui conduit à la connaissance de la nature profonde de cet objet, qui est pure Conscience

Dans l'état de méditation, le mental est donc à la fois concentré et paisible.

La méditation avec les sons est depuis toujours la voie royale pour apaiser le mental

Pour concentrer le mental et entrer en contemplation, il faut focaliser toute son attention vers un objet. Cet objet peut être de différentes natures, depuis certaines zones du corps jusqu’à la notion de paix, en passant par la flamme d’une bougie.

Dans la pratique du Yoga du Son, l’objet de la concentration et de la contemplation est le son, dont la nature profonde est le Naad, le son originel ou primordial dont l’expression est le fameux mantra AUM.

Les sons et les mantras sont des supports particulièrement puissants pour apaiser le mental. En effet, on ne peut pas chanter et penser en même temps, car le chant et la pensée sont basée sur le même processus de formulation de vibrations sonores. Donc la production et l'écoute des sons coupe à sa base le mécanisme de production des pensées automatiques, ce qui amène naturellement le mental à s'apaiser profondément.

Par la pratique attentive et maintenue une certaine durée, le chant de mantra peut amener le mental à s’absorber dans ces vibrations : il se produit alors un arrêt du mental ordinaire. Et là, la grâce peut être au rendez-vous.

Mais comme nous avons l’habitude de laisser libre cours à nos pensées automatiques, et que nous nous laissons généralement « embarquer » par nos préoccupations, il est souvent nécessaire de pratiquer pendant un temps, allant de quelques heures à quelques jours, pour contacter cette grâce. Et pour s’y établir, une pratique régulière est nécessaire pendant plusieurs années.

C’est pourquoi nous avons la joie de proposer des journées de pratique et de formation et des stages de Yoga du Son, pour vraiment entrer dans la Paix du mental et la Joie profondes que les mantras ont à offrir.


Joie

Y'a d'la joie, partout y'a d'la Joie

«  Une joie claire et calme du mental, la douceur, le silence, la maîtrise de soi, l’entière purification du tempérament – telle est l’ascèse du mental  » Shri Aurobindo

Joie

Le mot "joie" désigne des sentiments, des émotions et des sensations tellement variés, que l'on peut s'étonner qu’il n’existe pas plus de mots pour les décrire.

En particulier, nous pouvons distinguer deux formes de joies, distinctes de par leur source, extérieure et intérieure, et que pour différencier nous pouvons écrire respectivement « joie » extérieure et « Joie » intérieure :

  • La joie qui vient des circonstances extérieures est passagère et conjoncturelle : par définition, elle ne dure pas dans le temps. Lorsque cette joie est accompagnée par de l’attachement, elle peut même devenir une source de souffrance. En particulier, la recherche de la joie à travers la reproduction des circonstances qui ont l’ont révélée est la base des mécanismes d’addictions (aux drogues, aux écrans, etc)
    v
  • La Joie qui vient de l’intérieur, des tréfonds de l’être, n’a en réalité ni commencement ni fin. C’est la Joie d’un esprit apaisé, conscient d’être vivant et conscient du miracle de la vie, une Joie simple et sans raison apparente, qui est aussi une résonance profonde d’un Univers amoureux de lui-même, le jeu d’un musicien des harmonies particulières et universelles

La joie et la Joie sont toutes deux des expressions de la Vie, elles sont positivement contagieuses, et il n’y en pas une qui soit meilleure que l’autre.

L’essentiel est le discernement. En réalité, selon notre état intérieur, un même phénomène peut nous amener à contacter la joie, ce qui est formidable (à condition de ne pas s’y attacher), et aussi à la Joie, qui est notre source de jouvence.

Pour différencier les deux, notons que la Joie résulte de l’apaisement du mental, et qu’elle est libre de toute forme d’attachement. Le contact avec la Joie est donc renforcé par la pacification du mental, c’est-à-dire par la méditation. Les pensées, paroles et les actions qui émanent de cette Joie ont une saveur toute particulière.


paix colombe saint esprit

Nourrir la Paix

colombe saint espritEn cette période de rentrée, caractérisée par une certaine effervescence et aussi par des incertitudes inédites pour les semaines à venir, rappelons-nous ces vérités essentielles :

  • Pour vivre en harmonie en soi et avec les autres, il est essentiel d'acquérir et de conserver la paix intérieure, la paix de son cœur
  • Quand bien même une vaste palette d'émotions nous traverse, ce qui est inévitable, nous pouvons toujours nous relier à notre paix intérieure

La paix des cœurs est la condition de la paix extérieure

Pour contacter et se maintenir dans la paix intérieure, il n'est pas question de se refermer sur soi (même si dans un premier temps il peut être salutaire d'éteindre certaines sources d'informations, voire de prendre des vacances), mais au contraire d'agir dans le monde. Et d'agir, non pas dans un esprit d’inquiétude, d’agitation, d’empressement excessif qui est trop souvent le nôtre, mais sous l’impulsion d’une énergie douce et paisible.

Car la paix intérieure est le corollaire nécessaire d’un cœur ouvert, d'une sensibilité éveillée et d’une compassion authentique. Seule la paix du cœur libère de l'idée du "je" en tant qu'entité séparée, augmente notre sensibilité à l’autre et nous rend vraiment disponibles.

En réalité, seuls ceux qui jouissent de cette paix intérieure peuvent aider efficacement les autres : Comment communiquer la paix aux autres, si je ne l’ai pas ? Comment y aura-t-il la paix dans les familles, les sociétés, les personnes, s’il n’y a pas d’abord la paix dans les cœurs ?

L’acquisition et la conservation de la paix intérieure devraient donc être considérées comme une priorité, en particulier pour celles et ceux qui sont amenés à accompagner d'autres personnes. Faute de quoi, on ne fera trop souvent que communiquer ses propres inquiétudes et agitations.

La paix est notre nature profonde ; elle est contactée dans l'état de méditation

Par ailleurs, si nous cherchons la paix « comme le monde la donne », si nous attendons notre paix des raisons du monde, des motivations couramment admises pour lesquelles on peut être en paix (parce que tout va bien, que nous n’avons pas de contrariété, que nos désirs sont satisfaits etc), il est sûr que nous ne serons jamais en paix, ou que notre paix sera extrêmement fragile et de courte durée.

En fait, la raison essentielle en vertu de laquelle nous pouvons toujours être en paix ne vient pas du monde extérieur. La paix vient de notre intériorité, de notre source, dans laquelle nous nous immergeons chaque nuit pendant le sommeil profond ainsi que dans l'état de méditation.

La paix est donc notre nature profonde. Pour retrouver et s'établir durablement en elle, il faut et il suffit d'orienter notre volonté intime entièrement vers elle, et ainsi de retrouver une confiance inébranlable en la Vie.


discernement1

L'art de discerner le "je" du "Soi"

Pour certains experts, le terme "Yoga" est aujourd'hui le terme sanskrit à la fois le plus utilisé et le plus mal compris au monde.

discernement1

De fait, la désignation "Yoga" a beaucoup de significations et d'expressions différentes :

Ce terme désigne à la fois un art de vivre, une science, une philosophie et des pratiques, qui vont des pratiques corporelles et de concentration à l'action désintéressée, en passant par la dévotion et la connaissance pure.

Pour définir le Yoga, tâchons de trouver un dénominateur commun à toutes ces démarches désignées sous le même terme "Yoga".

Un état paisible est l'alpha et l'oméga du Yoga

Comme point de départ pour définir ce qu'est le "Yoga", prenons à la définition classique proposée par Patañjali : "le Yoga est l'art de pacifier son mental".

L'expérience montre que lorsque le mental s'apaise, il s'opère une distanciation entre le "je", le mental que nous sommes ordinairement, et cela qui observe le mental et que nous appellerons le "Soi".

Ce "Soi" est notre essence et notre ressource la plus précieuse. Il est le support de ce qui agit pendant le sommeil profond. Chaque matin, nous pouvons constater que le fait de s'abandonner au "Soi" pendant la nuit apporte la santé, la sérénité et la clarté de l'esprit.

Le discernement entre le "je" le "Soi" résulte de la paix du mental

L'art du Yoga, qui entre autres signifie Union, consiste à relier le "je", notre conscience active pendant l'état de veille, au "Soi", le mystère qui réside au cœur de notre sommeil.

Ce mystère, le Yoga l'appelle Sat-Chit-Ananda, traduit littéralement par Être-Conscience-Béatitude.

La pratique assidue du Yoga amène progressivement la présence du "Soi", de Sat-Chit-Ananda, jusque dans l'état de veille. En effet, dans l'état de méditation, le "je" contacte le "Soi", et cette relation est de plus en plus forte à mesure que la méditation s'approfondit. Jusqu'à la réalisation du "Soi", de la paix profonde inhérente au sommeil profond, afin que le "Soi" puisse nourrir tous les aspects de son existence.

Pour ne pas oublier que fondamentalement nous sommes cette paix et cette joie profonde, les yoguis conseillent de se rappeler régulièrement que nous sommes cela, que nous sommes un "Soi" ou le "Soi". Une façon de le faire est de réciter un mantra comme Aum Shantih, qui peut se traduire comme "la paix infinie qui réside au fond de chaque être".

Aum Shantih


S'établir durablement dans un espace heureux

Comme chacun sait, nous avons tous en nous des parties que nous ne connaissons pas ; et chaque jour, celles-ci prennent à notre insu certaines décisions qui ne sont pas toujours très heureuses...

Mais cela n'est pas inéluctable. Selon le Yoga, il est possible non seulement de mettre de la conscience sur ces programmes mentaux, mais aussi de reprogrammer son mental et même, de le dépasser.

Nos programmes mentaux et leurs effets indésirables

Les sciences et l’histoire nous éclairent sur le contenu de nos programmes mentaux inconscients : ceux-ci sont le fruit de l’évolution de l’humanité à travers le temps. Jusqu’à aujourd’hui, l’histoire des êtres humains a principalement été une lutte pour la survie, dans un environnement relativement hostile.

Nos inconscients ont mémorisé toutes ces informations, qui sont stockées sous la forme d’émotions réflexes comme la peur, la colère ou encore le dégoût. Ces émotions commandent une grande partie de nos pensées, de nos émotions, et donc, de nos actions.

Nous pouvons constater, au niveau local comme au niveau mondial, les conséquences de vivre en laissant ces programmes mentaux diriger nos vies. Cela se traduit automatiquement par de la violence, des luttes de pouvoirs à tous les niveaux qui mènent à des conflits, des guerres, et également à une consommation frénétique qui divise les hommes et qui abîme la nature.

Si nous voulons que les choses changent, qu’il y ait plus de paix entre les humains, plus de compréhension, plus d’amour dans nos vies, il n’y a qu’une seule solution : y mettre davantage de Conscience.

Conscientiser ses programmes mentaux et ne plus les subir

En tant qu’êtres humains, nous avons la possibilité de devenir conscients de tous nos programmes mentaux générateurs de violence, de peurs, de colères, et des réflexes inconscients qui ne sont plus adaptés au monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Devenir Conscient, c’est donc tout d’abord faire connaissance avec soi-même. Comprendre le fonctionnement de sa pensée, de son psychisme et de son corps.

Cette exploration peut se faire seul ou à l'aide de proches connaissances, comme un aventurier qui découvre un continent. Cette démarche courageuse risque néanmoins d’être longue, frustrante, voire décourageante. Car le mental a plus d'un tour dans son sac !

Choisir de s'appuyer sur des traditions millénaires est à priori moins aléatoire. A priori, car il existe de nombreux guides auto-proclamés et que dans le domaine de la spiritualité comme dans tout autre, il n'est pas toujours facile de discerner le bon grain de l'ivraie.

Cela dit, nous pouvons faire confiance aux successions d'êtres qui ont œuvré leurs vies durant pour la Conscience. Ces êtres ont dédié leurs vies à comprendre le fonctionnement de l'être humain, et ils ont généreusement légué en héritage des systèmes et des pratiques pour aider chacun d'entre nous aujourd'hui et demain.

S'établir durablement dans un espace heureux

Toutes les démarches spirituelles amènent à faire ce constat : l’être humain est plus que ses conditionnements. Nous sommes donc plus que notre corps physique, nos émotions et nos pensées.

Essentiellement, chaque être humain est un être de Conscience, doué d’intuition et capable de compréhension extrêmement profonde.

Pour se réaliser dans cette dimension de Conscience, qui se manifeste sous les formes de la créativité, de la compassion et du bonheur, il faut donc aller au-delà des conditionnements et en particulier du mental.

Or le Yoga nous apprend qu’entre chaque pensée, il existe un espace vide de pensée, mais que dans l’état de veille, nous ne percevons pas cet espace : car tout comme les images d’un film donnent l’impression de la continuité, la succession rapide des pensées donne l’illusion de la continuité.

En réalité, les pensées sont donc discontinues. Pour se placer au niveau de la Conscience, il faut donc se placer dans cet espace qui existe entre les pensées, et qui est celui de l’état de méditation. Cet espace est une source intarissable de tranquillité, de joie et de régénération.

Pendant le sommeil profond, notre conscience plonge spontanément dans un espace non mental, d’où les bienfaits ressentis au réveil. Mais il est possible d’apprendre à faire cela, tout en demeurant vigilant : tout d’abord pendant une pratique, puis au quotidien, puis d’y établir sa conscience. Car cet espace est ce que nous sommes essentiellement, il est notre nature profonde, témoin jamais affecté par les sensations, les émotions et les pensées.

Joie, paix, harmonie, Conscience


Méditation, Yoga : y voir plus clair

À l'ère des appareils numériques, des ordinateurs, des médias sociaux et des horaires chargés, le calme que vous éprouvez pendant la méditation est plus précieux que jamais. Le rythme de la vie s'est accéléré, et chaque jour, vous êtes bombardé avec plus d'information et de stimulation que vos ancêtres pendant toute leur vie.Lire la suite


fjord-en-norvege

Le Yoga commence là où les distractions s’arrêtent

Le Yoga, c’est l’arrêt des perturbations mentales.

La première fois que j’ai lu cette phrase, je ne l’ai pas comprise.

Aujourd’hui, à la lumière de ma courte expérience du Yoga, je vous livre mon interprétation qui je l’espère nourrira votre réflexion.Lire la suite


Comment le Yoga amène-t-il à la connaissance de soi ?

Dans l’état de veille, vous évoluez dans un espace-temps à quatre dimensions dans lequel tous les objets, à commencer par votre corps physique, ont des limites spatiales et temporelles.

Cela étant, qu'est-ce-qui fait l'expérience de ces limites, si ce n'est votre conscience ?

Votre conscience a-t-elle des limites finies dans l'espace-temps ?Lire la suite


Les 11 lois universelles du yoga et de la méditation

Auteur : Claude Lasanté

Il existe des lois naturelles qui fonctionnent toujours et qui fonctionneront toujours, peu importe l'endroit et le temps.

En fait, vous n'avez pas besoin de chercher ni d'apprendre ces lois naturelles, car vous êtes ces lois, vous êtes cette nature.Lire la suite